Pourquoi des Etats généraux du Travail ?

La notion même de « travail » est actuellement questionnée, malmenée. Les travailleurs sont précarisés, considérés comme une variable d’ajustement au service des intérêts du néolibéralisme. Au nom de la flexibilité et du tout-au-profit, ils sont appelés à accepter n’importe quelles conditions s’ils veulent rester « compétitifs »… Au détriment de leur santé ou de leur vie privée.

Le salariat est détricoté : place aux contrats zéro heure, à l’intérim, aux flexi- et bullshit jobs, aux faux indépendants et autres auto-entrepreneurs… La révolution numérique est brandie comme une menace appelant les travailleurs à tout accepter pour sauver leur emploi. Quant aux chômeurs, ils sont appauvris, contrôlés et sanctionnés de toutes parts.

Face à ces évolutions, il est urgent de faire le point et de nous interroger sur les conséquences de  l’évolution du travail à court, moyen et long terme sur les salariés, de définir les contours des conditions de travail aujourd’hui. Il s’agit également de dresser des perspectives au regard de l’évolution du monde du travail, des lois qui l’encadrent mais aussi de l’avenir des organisations syndicales.

Tout au long de notre réflexion, nous irons à l’encontre de l’idée, de plus en plus diffuse, que nous allons vers la dissolution, la mort du travail face à la technologie et la mondialisation. Nous remettrons en évidence l’importance du travail et tenterons de lui redonner ses lettres de noblesse !

Voilà toute l’ambition de ces Etats généraux du Travail que le CEPAG propose.

Pour ce faire, notre mouvement ne sera pas seul. Des partenaires - FGTB wallonne, GRESEA, ULB (département des sciences sociales et du travail), FAR, RWLP, RTA, ETUI - ont été invités à participer à ce processus de réflexion.

Les rendez-vous des Etats généraux :

  • Lundi 15 mai 2017 : Le salariat en question
  • Mardi 20 juin 2017 : La précarisation du travail
  • Mercredi 20 septembre 2017 : La révolution numérique
  • Vendredi 17 novembre 2017 : Temps de travail et flexibilité
  • Vendredi 26 janvier 2018 : Santé et travail
  • Mardi 6 mars 2018 : Stratégies et enjeux pour les syndicats et les mouvements sociaux