L'intégration des demandeurs d'asile sur le marché du travail : état de la situation 2017

Date de publication: 
28/02/2018
Auteur: 
Didier Pironet
Nombre de signes: 
84978

Ces dernières années, l’importance de travailler à l’intégration des demandeurs d’asile et réfugiés sur le marché du travail a engendré la mise sur pied d’une multitude d’initiatives en tout genre. Le problème de ce type de démarches est que, dans la très grande majorité des cas, ces projets ne sont pas coordonnés entre eux et n’impliquent pas tous les acteurs compétents en la matière. Cela entraîne un manque d’efficacité et des pertes de temps incontestables.

Partant de ce constat, le projet Labour-Int s’est construit dans le respect d’une démarche multipartite qui est présente dans l’ensemble de ses étapes. Cela signifie que tout est organisé de façon à impliquer l’entièreté des acteurs de l’insertion socioprofessionnelle des migrants, à savoir les syndicats (CES, DGB, FGTB…), les employeurs (BusinessEurope, UEAPME…), les chambres de commerce (Eurochambres), les services publics de l’emploi (CEEP…) ou encore différents organismes spécialisés dans l’insertion socioprofessionnelle (ASBL Le Monde des Possibles, CEDEFOP…). Des organisations internationales telles que l’OSCE ou l’OIT prennent également part à ce projet. Enfin, le CEPAG, mouvement d’éducation permanente disposant d’un service spécialisé en droit des étrangers, a trouvé important de s’impliquer et de coordonner une des actions-pilotes mises en œuvre.

L’objectif principal du projet est de promouvoir des programmes visant à l’insertion des migrants, et plus particulièrement des demandeurs d’asile et des réfugiés, sur le marché du travail du pays qui les accueille. L’action est notamment axée sur la promotion d’un parcours d’insertion socioprofessionnelle complet comprenant la reconnaissance des compétences et qualifications, le suivi de formations adaptées, la mise en relation entre employeurs et migrants ainsi que différentes mesures à prendre sur le lieu de travail. L’objectif est également de pouvoir dégager des solutions pouvant être transférées  dans d’autres pays européens moyennant d’éventuelles adaptations au contexte local.

A cet égard, un groupe d’experts, coordonné par FIERI[1], s’est réuni à plusieurs reprises et un rapport a été rendu[2]. Ce groupe a examiné différentes pratiques ayant impliqué plusieurs acteurs (approche multipartite) et abordant plusieurs étapes du processus d’insertion. Sur la base de cet examen, différentes recommandations ont été formulées.

Le projet comprend également la mise en œuvre de trois actions pilotes. Elles sont organisées en Italie, en Allemagne et en Belgique. Cette étude a été rédigée par le CEPAG dans le cadre de l'action-pilote belge.

[1] Forum Internazionale ed europeo di ricerche sull’immigrazione (Forum International et européen de recherche sur l’immigration)
[2] Le rapport est disponible ici

Plaidoyer pour une approche qualitative de l'économie

Date de publication: 
18/12/2017
Auteur: 
Bruno Poncelet
Nombre de signes: 
107901

5 décembre 2017 : à la radio, l’invitée du jour est la journaliste Alessandra d’Angello qui vient de terminer une enquête consacrée aux femmes, de plus en plus nombreuses, qui en viennent à se prostituer pour des raisons alimentaires (c’est-à-dire pour nourrir leurs enfants, avoir un logement, effectuer une réparation de chaudière, etc.).

Le journaliste-radio qui réalise l’interview plante d’entrée le décor : s’il y a des pauvres qui doivent se prostituer pour survivre, c’est forcément la faute de la crise. Sous-entendu : la croissance économique ayant laissé place à la stagnation économique, on ne produit plus assez de richesses et la pauvreté grimpe. Voilà pourquoi des gens en viendraient à se prostituer pour survivre…

Cet adage de la crise économique, racine de tous les maux, est devenu une sorte de mantra religieux dans notre société. À de multiples reprises, dans d’innombrables débats, pour des raisons variées et sur des thèmes diversifiés, on invoque invariablement une origine économique aux problèmes en spécifiant que le mal est de nature quantitative : on ne produit pas assez de richesses pour que tout le monde puisse s’en sortir et vivre bien.

Ce plaidoyer s’inscrit en faux contre ce constat.

Certes, la pauvreté grimpe. Mais l’origine du problème n’est pas de nature quantitative. L’origine du problème est de nature qualitative : pour diverses raisons, nous ne nous soucions plus assez de la qualité de notre économie.

Ce plaidoyer a une double ambition : montrer - ou plus exactement rappeler - à quel point l’approche qualitative de l’économie est importante, pour ensuite s’interroger sur la manière d’améliorer la qualité de notre économie.

La révolution numérique : créatrice ou destructrice d'inégalités ?

Date de publication: 
16/11/2017
Auteur: 
Bruno Poncelet
Nombre de signes: 
161566

Nous sommes entrés dans le monde numérique à petits pas. Presque sans nous en rendre compte. Dans les années 80, l’ordinateur et le walkman furent les premiers à débarquer. Puis vinrent Internet et les téléphones portables. Bientôt suivis par le Smartphone et les réseaux sociaux qui ont colonisé notre quotidien à la vitesse de l’éclair, faisant entrer dans le langage courant des mots jadis inconnus comme Facebook, Google, Twitter ou You Tube.

Et ce n’est qu’un début. À en croire l’abondante littérature sur le sujet, le monde numérique s’apprête à déferler dans nos vies avec une foule de techniques et d’inventions - comme les drones, les robots, l’Intelligence artificielle, les objets connectés à Internet, les nanotechnologies ou encore l’intégration de prothèses numériques dans nos corps biologiques - qui vont pousser toujours plus loin les connexions entre objets numériques et êtres humains. Quelle société en émergera ? Comment nouerons-nous des relations les uns avec les autres ? Qui aura encore du travail ? Comment gagnerons-nous nos vies dans ce monde 2.0 aux nombreuses inconnues ?

Prédire l’avenir, c’est prendre le risque de se tromper. Pour l’heure, les pronostics divergent fortement quant aux bienfaits ou méfaits à attendre de la révolution numérique. Notamment sur le plan professionnel : là où certains prédisent la création de nombreux emplois, d’autres redoutent un désert social constitué de pertes massives d’emplois allant de pair avec une précarisation croissante des conditions de travail.

Dans cette forêt d’avis contradictoires, comment se frayer un chemin ? à quelles traces de pas se fier ? Quelle piste suivre parmi toutes les analyses et raisonnements qui se bousculent et (parfois) s’entrechoquent à ce sujet ?

Il n’y a évidemment pas de choix exclusif ou idéal. L’angle d’attaque que nous allons privilégier ici consistera à s’intéresser au contexte dans lequel apparaît cette révolution technique. Nous tâcherons d’identifier les acteurs qui influencent le développement des infrastructures et outils numériques. Nous verrons également que le monde politique, loin d’être inactif, joue un rôle de premier plan dans la digitalisation de notre société. Un rôle qui n’est pas neutre car des choix sont effectués, qui orientent aussi bien la manière d’installer les outils numériques que leur impact potentiel sur l’emploi…

Un impact qui reste toutefois incertain, car en partie lié aux décisions politiques et rapports de force qui se dessineront demain.

Métiers en pénurie et éléments discriminants

Date de publication: 
21/03/2017
Auteur: 
cellule Lutte Contre les Discriminations

Les métiers "en pénurie"… Souvent avancés par la droite et le patronat comme un problème majeur et le révélateur d'un manque de formation voire de motivation des demandeurs d'emploi.

Mais les sans emploi sont-ils réellement en cause ? N'existerait-il pas d'autres raisons pour expliquer que certains emplois ne trouvent pas "preneurs" ? Quels liens entre offres d'emploi, facteurs discriminants et métiers en pénurie ?

C'est à ces différentes questions que la Cellule Lutte Contre les Discriminations (CLCD) du CEPAG et de la FGTB wallonne a tenté de répondre en passant au crible 1.575 offres d'emploi portant sur 9 "métiers en pénurie" (tuyauteur industriel, mécanicien en génie civil, boucher, électromécanicien, technicien chauffagiste, dessinateur de la construction, conducteur de travaux, chef de chantier, délégué commercial en biens d'équipements professionnels) et sur le métier d'aide ménager qui figure dans les fonctions critiques.

Dans un deuxième temps, les 1.575 offres d'emploi de ces différents métiers ont été analysées en fonction de 8 critères considérés comme des freins à l'embauche (et donc discriminants) : l'expérience professionnelle, le permis de conduire ou le véhicule personnel, le type de contrat de travail ou le régime de travail, le diplôme, l'agrément, les plans d'embauche, l'obligation de postuler seulement via courrier électronique et le cumul des critères discriminants. Résultat ? Tous les métiers étudiés sont concernés par (au moins) trois critères !

Ce qui ressort de l'étude de la CLCD, c'est que la présence d’éléments discriminants peut clairement renforcer la pénurie. Parmi ceux-ci, la question de l’expérience professionnelle demandée est particulièrement interpellante. Sur base de ses conclusions, la CLCD émet un certain nombre de recommandations tant à l'adresse des employeurs que du FOREM.

Suicides et tentatives de suicide au travail : approche syndicale et traitement médiatique

Date de publication: 
19/09/2016
Auteur: 
Laurent Wilmet
Nombre de signes: 
71550

Le phénomène des suicides au travail est avéré depuis la fin des années 90. Ces suicides particuliers, à la fois « publics et argumentés », résultent de la mise en œuvre de formes d’organisation du travail qui déconstruisent les solidarités tout en contraignant les salariés à s’investir corps et âme dans leur travail.

En France, malgré des résistances en leur sein, les organisations syndicales ont pour la plupart pris la mesure de ce phénomène. Certaines ont même élaboré des outils permettant à leurs délégués de réagir rapidement et concrètement lorsqu’un tel drame survient. En Belgique, de tels outils n’existent pas, du fait que les syndicats n’ont pas encore pris en charge cette problématique. Au contraire, il s’agit là d’une question qui n’est pas loin d’être taboue. Les syndicalistes de terrain sont donc contraints, en cas de suicide ou de tentative de suicide, à une forme d’improvisation qui pourtant aboutit parfois à des interventions réfléchies et structurées.

Quant aux médias, ils adoptent généralement, lorsqu’ils relaient un cas de suicide au travail, une posture énonciative mettant en scène les antagonismes entre employeurs et syndicats et ce, tant en France qu’en Belgique. C’est là du moins leur premier « réflexe ». Du fait des suicides en série chez France Télécom notamment, la presse hexagonale a finalement quitté cette posture et publié des articles qui inscrivaient chaque cas individuel dans un contexte plus large et qui s’appuyaient, entre autres, sur l’expertise de spécialistes de la question (psychanalyste, psychologue du travail,…). De tels articles, plus pointus, ne se retrouvent à notre connaissance pas dans les pages des quotidiens belges.

Géopolitique : derrière les apparences…

Date de publication: 
30/06/2016
Auteur: 
Laurent D'Altoe
Nombre de signes: 
66990

Etymologiquement, le terme « géopolitique » vient du grec ancien gé, qui signifie la terre, et du mot polis qui concerne la cité et les citoyens.

La géopolitique est l'étude de l'influence des facteurs géographiques, économiques, sociaux et culturels sur la politique des Etats et sur les relations internationales.

Sujet compliqué certes, mais qui influence notre vie quotidienne et qui mérite d’être placé au centre des débats publics. C’est un enjeu de citoyenneté.

Nous n’aurons certainement pas la prétention de dresser ici un tableau, même incomplet des différentes crises qui agitent notre monde. De même, certaines lectures et orientations pourront apparaître comme partielles et partiales. Malgré tout, le fait de se poser des questions quant à la manière dont nous « lisons » ces évènements peut participer à la construction d’un espace de réflexion sur ces matières difficiles.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le chômage (et le contrôle des chomeurs) sans jamais oser le demander...

Date de publication: 
22/12/2015
Auteur: 
Daniel Draguet
Nombre de signes: 
60033

Le chômage… Fléau de nos sociétés modernes, le fait de ne pas avoir d’emploi est aujourd’hui l’épée de Damoclès qui menace des millions d’hommes et de femmes.

Période de (longue) crise oblige, les gouvernements d’Europe proposent des « solutions » destinées à combattre ce chômage. Mais en fait de stratégie, ce sont surtout les chômeurs qui sont pourchassés (« activés », comme on dit pudiquement). Par un curieux détour dont seul le libéralisme a le secret, les politiques visant à la création d’emplois (et leurs faiblesses) se dissimulent derrière une « chasse » aux sans-emploi. Cette chasse demeure d’autant plus absurde dans un contexte économique qui voit le nombre de chômeurs bien supérieur au nombre de postes décents disponibles.

« Ce n’est le chômeur qu’il faut combattre, mais le manque d’emploi »; cette réflexion pleine de bon sens ne semble pas faire recette, notamment en Belgique. Et que dire de la NV-A, parti ultra-libéral et nationaliste virulent qui, régulièrement, remet sur la table la limitation dans le temps des allocations de chômage ? La députée N-VA Zuhal Demir déclarait récemment (dépêche Belga, 04/02/2015) : "Si nous voulons atteindre les objectifs européens, nous devons aller plus loin qu'un saut d'index et que la réduction des coûts de la main d'œuvre pour les entreprises à hauteur de 960 millions d'euros", estime-t-elle. "Nous devons stimuler les chômeurs avec des réformes supplémentaires afin qu'ils trouvent un emploi. Quand ils réaliseront qu'ils ne peuvent plus payer leurs factures, ils s'appliqueront davantage". Traduisez : ce sont des êtres passifs qui ne veulent pas vraiment travailler… Dans un contexte où l’offre d’emploi est beaucoup plus faible que la demande, il est donc raisonnable de se poser de grosses questions sur les récentes mesures à l’égard des chômeurs belges.

Le présent recueil remonte aux origines de la législation en la matière, tout en montrant les grands tournants (chocs pétroliers, Etat social actif,…) qui ont amené le glissement vers une stigmatisation du sans emploi. Une réflexion bien utile en ces temps de pensée molle et d’idées toutes faites.

Albert Camus, le goût de la révolte

Date de publication: 
29/10/2015
Auteur: 
Laurent Pirnay
Nombre de signes: 
61433

Les célébrations du centième anniversaire de la naissance d’Albert Camus furent l’occasion pour l’auteur de cette étude de replonger dans les notes prises au fil de ses lectures.

Y a-t-il une vie après l'Euro ?

Date de publication: 
23/04/2015
Auteur: 
Angelo Basile
Nombre de signes: 
73903

Depuis 2008, la zone euro est entrée dans une phase de crise aiguë et profonde. Après l’enthousiasme et les belles promesses des premiers jours, l’heure de la désillusion et du désenchantement semble avoir sonné. Explosion des niveaux de chômage, restructurations d’entreprises en masse, précarisation des classes sociales les plus fragiles, exclusion des jeunes, démantèlement par pans entiers des mécanismes de solidarité conquis de haute lutte au profit d’une redistribution des richesses à l’envers, austérité généralisée : tous les indicateurs sont désormais passés au rouge. Sur la route de l’union monétaire, la liste des revers et des déconvenues est longue mais le plus inquiétant est sans doute encore l’étrange sentiment d’impuissance qui s’en dégage. Plus l’Europe « avance », plus elle paraît irrémédiablement s’enliser dans le bourbier des impasses en tout genre, prisonnière des situations autant incontrôlables qu’incontrôlées, avec toujours ce lancinant constat qu’il n’y a dans tout cela rien de bien surprenant. Rien qui ne pouvait non plus être anticipé, dès lors que l’on accepte de se dégager un tant soit peu du catéchisme libéral. Le ver était en somme dans le fruit et il ne s’est produit rien d’autre, que ce qui devait tôt ou tard arriver.

Existe-t-il une porte de sortie qui permettrait à nos Etats de renouer avec la croissance ? L’Europe est-elle condamnée à vivre pendant de nombreuses années encore dans l’enfer de l’austérité comme l’a fait avant elle, et en suivant les mêmes chemins qu’elle, le Japon? Allons-nous assister sans pouvoir réagir à la lente et inéluctable mise à mort de nos législations sociales ? Quand s’arrêteront les politiques de dégradation de nos services publics ? Y a-t-il une vie après l’euro ? Toutes ces questions et bien d’autres ne pourront rester longtemps sans réponses même si on sent bien que celles-ci ne sont pas aisées à formuler, pour deux raisons au moins.

La première tient au rapport de force idéologique. Si on excepte le poids des partis libéraux qui n’ont jamais été pris en défaut de cohérence avec eux-mêmes, on doit malheureusement constater qu’à ce jour il n’existe pas de partis de gauche dans nos gouvernements qui croient encore sincèrement aux possibilités d’une autre politique. C’est vrai pour tous les partis socialistes ou sociaux-démocrates, mais cela l’est aussi pour les partis écologistes qui jusqu’ici faisaient figure d’alternative à la social-démocratie. Hier en Allemagne, en Espagne, en Belgique ou en Grèce, aujourd’hui en France ou en Italie, ce sont bien des gouvernements à majorité ou à participation socialiste (parfois en coalition avec les écologistes) qui ont prôné (ou qui prônent) l’adaptation de leur législation sociale et de leurs finances publiques à la logique néolibérale. Parce qu’ils en acceptent les prémices, les concepts et tout le cadre théorique qui en découle, ils sont devenus eux aussi les gardiens de la « compétitivité » des entreprises et les promoteurs de l’austérité budgétaire.

La seconde raison relève de la matérialité des stratégies susceptibles d’être mises en œuvre. Quel que soit le bien fondé des options futures envisagées, celles-ci n’auront aucune chance d’aboutir si elles s’avèrent incapables de réunir ou de fédérer autour de leur ligne directrice l’ensemble (ou à tout le moins une majorité) des Etats et des acteurs concernés. Ainsi, ces deux conditions délimitent une aire de liberté et de capacité d’intervention politique dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle est plutôt restreinte.

Malgré ces contraintes, on aurait tord de considérer que nos gouvernements ne disposent plus de marges de manœuvre. Ces dernières années, de nombreux auteurs, parmi lesquels C. Lapavitsas, M.J. Rodrigues, F. Heisbourg, P. Artus ou encore J.P. Fitoussi, se sont penchés sur la question du futur de la zone euro. La synthèse de leurs réflexions et de leurs hypothèses de travail permettent de dégager six grands scénarios que départagent leur nature, leur faisabilité et leur degré de viabilité.

Naturellement, ceux-ci ne sont pas écrits à l’avance et ils ne constituent encore à ce stade que des tendances ou des orientations. Selon les événements économiques, politiques ou sociaux, en fonction des ruptures, des accidents ou des opportunités qui se présenteront, ils pourront se compléter, s’entrecouper ou même se succéder. Quels que soient cependant l’enchaînement ou les circonstances susceptibles de surgir demain, on peut s’attendre à ce que dans ses grandes lignes l’avenir de l’union monétaire européenne se décline autour de l’un voire de la combinaison de plusieurs de ces scénarios.

6ème Réforme de l’État : enjeux & défis

Date de publication: 
26/02/2015
Auteur: 
Laurent D'Altoe
Nombre de signes: 
62790

Entre les élections de juin 2010 et la sortie de la nouvelle Loi de Financement - pas de panique, on va vous expliquer de quoi il s’agit ! -, il n’y a pas eu un jour sans que les médias nous abreuvent de tel ou tel « transfert de compétences » ou autre « autonomie fiscale »… Sans compter le grand retour de personnalités religieuses, plus ou moins oubliées, telles que Saint-Quentin ou encore Sainte-Emilie…

Par un curieux raccourci médiatique et politique, peu ou pas d’explications compréhensibles furent données quant aux différentes étapes d’un processus de décentralisation qui fut institutionnellement enclenché il y a plus de 40 ans.

Il ne faut pas être grand constitutionnaliste pour comprendre qu’une sixième réforme en a nécessité cinq autres auparavant. Ces dernières ne furent pas ou peu explicitées. Or, derrière une complexité réelle, des enjeux relativement lisibles sont à l’œuvre. Les comprendre permet alors de ne plus considérer les grands changements institutionnels comme des évènements hors de la réalité mais bien comme des facteurs déterminants de notre quotidien. Allocations familiales, marché de l’emploi, soins de santé… concernent tout le monde.

Depuis, beaucoup d’eau a déjà coulé sous les ponts : les élections du 25 mai 2014 (à la fois régionales, fédérales et européennes) ont consacré le « fait régional » dans la constitution même des entités fédérées. Les gouvernements régionaux se sont en effet mis en place beaucoup plus vite que le fédéral et on ne peut que constater une asymétrie grandissante : centre-gauche pour Wallonie et Bruxelles et franchement à droite au Nord du pays (notamment avec la NVA et l’Open VLD).

Cette asymétrie (différence de composition entre les gouvernements régionaux et le fédéral) pourrait également bien jouer entre le fédéral et les entités fédérées, ce qui compliquerait singulièrement la tâche du transfert des compétences liées à la 6ème réforme de l’État.

Les modèles de structures régionales liées au glissement des allocations familiales et à une partie des soins de santé reflètent à la fois les difficultés de ces différences politiques, mais également les tensions intra-régionales qui ne manquent pas, à l’heure de faire des choix qui concernent aussi bien le quotidien des personnes que les modèles de société que l’on veut mettre en marche.