Depuis 40 ans, on nous répète que « c’est la crise », que le plein emploi est dépassé et qu’il ne reviendra plus. Pourtant, certains ne veulent pas se résigner, refusant une situation économique où le chômage de masse est banalisé, l’emploi précaire devient la norme et les sans emploi sont stigmatisés. Ils réfléchissent, débattent et avancent des idées.

Stratégie européenne pour l’emploi, réduction collective du temps de travail, économie sociale, révolution numérique…

Pas un jour sans que les Etats-Unis n’apparaissent sur le devant de la scène internationale. Politique, économie, géostratégie et opérations militaires, les USA veulent, plus que jamais, se poser à la fois en « gendarme du monde » et en grand organisateur des flux économiques mondiaux, le plus souvent pour servir leurs seuls intérêts.
Mais derrière cette façade de « maître du monde », se cache une nation profondément divisée sur la plan interne et qui peine à trouver sa place sur un échiquier mondial en plein mutation.

Pour en parler avec nous :

L’Afrique subsaharienne est souvent perçue comme une partie du monde profondément instable, traversée de luttes tribales et religieuses et dirigée par des hommes politiques corrompus pour qui seul l’appât du gain compte.

Mais derrière cette façade, se cachent des peuples et des Etats qui veulent prendre leur destin en main et trouver une voie politique et sociale qui leur est propre.

Pour en parler :

Les pratiques d’évaluation des travailleurs en question

Entretiens individuels  d’évolution, réunions de fonctionnement, bilans de compétences, définitions des objectifs de performance, programmes de certification et de qualité… Les pratiques d’évaluation font désormais partie du quotidien du travail.

Restructurations, réorganisations d’entreprises et de groupes privés, politiques d’austérité, mise à mal du secteur public et de la Sécurité sociale, gel des salaires et saut d’index, allongement de la carrière…

De l’entreprise au niveau européen, en passant par les échelons sectoriel et interprofessionnel, les raisons de déclencher un mouvement de grève sont nombreuses et variées.

.

Mais je suis aussi :

  • Toutes les victimes des attentats ;

  • Tous les exploités du monde ;

  • Toutes les femmes bafouées ;

  • Tous citoyens discriminés dans leurs droits ;

Je suis l’immigré, le rejeté.

Je suis POUR UNE DEMOCRATIE EGALITAIRE, POUR UNE JUSTICE SOCIALE ET DE DROITS !

C’EST CELA LA VRAIE SECURITE

La Chine…

Un pays dont la croissance fait encore rêver tous les investisseurs du monde, au  point de devenir la  première puissance économique mondiale.

Un pays peuplé de plus de 1,3 milliard d’habitants qui n’en finit pas d’étendre son emprise sur les matières premières du monde.

Mais que cache cette « insolente » progression ? On le sait moins mais la société chinoise est traversée de tensions que le pouvoir de Pékin a de plus en plus de mal à contenir.

Quel avenir pour ce gigantesque Etat ?

Les inégalités engendrées par les politiques migratoires créent une dérégulation du marché du travail.

Si les travailleurs migrants ont les mêmes droits que les autres travailleurs, il leur est impossible de les défendre en raison de la précarité de leur séjour et de la criminalisation dont ils sont victimes.

Ce constat se répète dans les politiques de cabotage, de fausse indépendance, de dumping social, de travail clandestin…

Les « biens communs » sont multiples. Environnementaux (sol, eau, semences,…), culturels (savoirs, savoir-faire,…), sociaux (sécurité sociale, éducation,...), ils concernent tous les aspects de la société.