Pour mesurer la bonne – ou mauvaise – santé économique d’un pays c’est le fameux  « Produit Intérieur Brut »  (PIB) qui est la référence. Cette somme des « valeurs ajoutées réalisées par les branches  d’activité à l’intérieur d’un pays » sert aujourd’hui de base pour imposer les mesures d’austérité aux « mauvais élèves » de l’Union européenne.

Moi sexiste ? Jamais de la vie !    …En  êtes-vous vraiment certain-e ?

Consciemment ou inconsciemment, nous entretenons toutes et tous des préjugés vieux comme le monde. Un monde qui aurait pourtant bien besoin d’un changement de mentalité pour atteindre une réelle égalité entre hommes et femmes.

Bruno Poncelet, son papa

Heures de lecture, écritures tardives et nuits blanches, ses mamans

Le grand marché transatlantique (les multinationales contre la démocratie), son petit frère paru chez Bruno Leprince en 2011

Sont fiers de vous annoncer la naissance du petit (mais bien joufflu)

L’Europe…

On l’aime ou on la déteste…  On la trouve belle ou moche… Proche ou inaccessible…

Mais la connaît-on vraiment ?

Une chose est sûre : l’Union européenne gouverne notre quotidien. Depuis sa fondation dans les années 1950, elle s’est élargie à de nombreux pays (28 actuellement) et a gagné de multiples compétences.

Qu'ils soient travailleurs, chômeurs, agriculteurs, artistes, profs, étudiants, représentants du monde associatif...

Toutes et tous ont décidé de se réunir sous le label  "Acteurs des Temps Présents" pour créer un front social inédit et  se mettre en marche.

Du 22 au 26 avril, ces acteurs se mettent en marche et partent à la rencontre des citoyennes et des citoyens.

Pour la beauté du geste? Pas seulement...

Tout le monde en parle et s’en revendique, même si son concept même peut faire débat. Y compris les formations profondément opposées à ses principes fondateurs, tels que l’égalité et la représentation démocratique.

Pourtant, la démocratie n’est pas un acquis intangible de nos sociétés. Elle se trouve régulièrement détournée, tronquée, voire attaquée frontalement par ses plus farouches adversaires, parmi lesquels les tenants d’un ultralibéralisme qui  ne se soucie que de son profit exclusif.

« Ah non ! Pas encore la Sixième Réforme de l’Etat ! Y’en a marre ! » Voilà un point de vue largement partagé par le citoyen. Mais comment pourrait-on lui en vouloir ?

Horaires hyper-flexibles, travail du dimanche, salaires insuffisants, précarisation…

Le secteur de la grande distribution reflète souvent le monde socio-économique voulu par un capitalisme aussi agressif que triomphant.

Parallèlement, les grands groupes investissent également les commerces de proximités tout en les asservissant.

De leur côté, les syndicats se battent pour réguler un secteur qui demeure malgré tout un gros pourvoyeur d’emplois.

Eternel dilemme…

Les Prépensionnés et Pensionnés de la FGTB wallonne et du Cepag ont des solutions.

Parmi celles-ci :

La Suisse se ferme à l’immigration, les partis nationalistes montrent du doigt l’étranger, les partis sociaux démocrates sont frileux à l’intégration autre qu’européenne.

À la veille d’élections, il est de bon ton de renforcer les discours populistes.

L’immigré serait la cause de toutes les misères sociales, de toutes les économies en déliquescence.

Les élus palabrent et se donnent contenance en contrôles, en règles, en sur-contrôles et en sur-règles, éjectant, expulsant à tout va ce qui fait tache dans le décor rassurant du néolibéralisme.