Le Cepag produit des outils audio-visuels autour de sujets d’actualité. Les émissions Regards sont à disposition du monde associatif et syndical sous forme de DVD au prix de 10€. Tout un chacun peut passer commande.

Infos : daniel [dot] wojtalikatcepag [dot] be (02/506 83 96).

A l'occasion de la journée mondiale de lutte contre la pauvreté, «Regards» vous propose quelques extraits choisis de «Combat de pauvres», une pièce de théâtre de la Compagnie Art&tça. En Belgique, 1 personne sur 5 est pauvre ou risque de le devenir. 20% de la population. 2,3 millions de personnes. En Wallonie, c’est 1 personne sur 4. A Bruxelles, 1 personne sur 3.
CoTrain, la formation en alternance collaborative L’alternance, peut mieux faire…
Ça bouge, ça bout ! Le climat (social) s’échauffe, les gilets jaunes, rouges et verts font souffler le vent de la mobilisation pour un autre monde: justice sociale et urgence écologique dans un même élan. «Changeons le système, pas le climat !». Grève générale ce 13 février, grève pour le climat le 15 mars, manifestations survoltées des jeunes et ronds-points occupés, tout cela avec les élections en ligne de mire…
Les 7, 8 et 9 novembre derniers, à Bruxelles, plusieurs centaines de citoyens ont manifesté leur soutien aux 12 personnes poursuivies en justice pour avoir hébergé des «migrants» ou leur avoir prêté assistance. Ces personnes sont accusées de trafic d’êtres humains et de participation à une organisation criminelle. Le jugement de ce «procès de la solidarité» sera rendu ce mercredi 12 décembre à partir de 8h30 au Palais de Justice de Bruxelles.
« C’est aux citoyens d’agir quand il y a défaillance de l’Etat – ou, pire, quand on est face à un racisme d’Etat. Je continuerai à me battre. Ils n’ont qu’à me mettre directement en prison, ce sera plus simple ». Cédric Herrou est paysan dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes), près de Vintimille, à la frontière entre la France et l’Italie. Depuis 2015, il a accueilli plus de 2.500 exilés chez lui, dans sa ferme.
Deux livres. Deux travailleurs du CEPAG. Deux rencontres en studio, dans cette nouvelle émission Regards. « Il faut tuer TINA - 200 propositions pour rompre avec le fatalisme et changer le monde » Entretien avec Olivier Bonfond, économiste au CEPAG « Travailler aujourd’hui, ce que revele la parole des salariés » Entretien avec Nicolas Latteur, sociologue et formateur au CEPAG.
Tremblez braves gens ! Karl Marx est de retour. 200 ans tout juste après sa naissance, le célèbre philosophe, historien, économiste, l’auteur mondialement connu du Capital, l’intellectuel révolutionnaire admiré par les uns et haï par les autres, Karl Marx, donc, revient parmi nous. Mais que ceux qui s’étranglent à la simple évocation de son nom se rassurent : il revient, certes, mais seulement pour quelques minutes, ressuscité par Howard Zinn, le célèbre historien américain, et par le Théâtre des Rues.
Depuis la fin des années 70, des dizaines de milliers de travailleurs ont été licenciés en Belgique. Une hécatombe qui a décimé de très nombreux métiers, dans le textile, le verre, la sidérurgie, la chimie, la grande distribution… La Sabena, Renault, Clabecq, Volkswagen, ArcelorMittal, Delhaize, Carrefour, Duferco, ING, Nestlé, Carsid, Caterpillar… la liste est longue des entreprises qui ont procédé à des licenciements massifs.
Elle a 65 ans, Jacqueline. Elle est « technicienne de surface ». Ce qui veut dire ouvrière nettoyeuse. Mais ouvrière, ouvrier, ça ne se dit plus. Et surtout, ça ne se montre plus. Aujourd’hui, les femmes et les hommes au travail sont quasiment absents des écrans, du spectacle médiatique. Portés disparus de la modernité. Comme s’il fallait les rendre invisibles, sans existence réelle, sans métier, sans œuvre, sans parole. Pour mieux taire l’exploitation, la précarité, l’aliénation ?
Deuxième journée des Etats généraux du Travail organisés par le CEPAG, le 20 juin 2017. Individualisation, «crise», mise en concurrence des travailleurs, exigences de rentabilité liée à la compétitivité, diktat des actionnaires… Tout contribue à rendre le travail de plus en plus précaire, mettant les travailleurs dans une insécurité sociale et financière permanente. Quelles conséquences pour le monde du travail et pour la société dans son ensemble ? Intervenant-e-s :