Le Cepag produit des outils audio-visuels autour de sujets d’actualité. Les émissions Regards sont à disposition du monde associatif et syndical sous forme de DVD au prix de 10€. Tout un chacun peut passer commande.

Infos : daniel [dot] wojtalikatcepag [dot] be (02/506 83 96).

Voici quelques canaris aux cris stridents. Des canaris venus de Belgique, de France et de Grèce qui sifflent l'alerte depuis le fond de la mine. Des canaris qui s'agitent pour nous prévenir : c'est un fameux coup de grisou qui s'annonce, sur nos droits, notre santé, nos vies, l'avenir de nos enfants. Un coup de grisou sur les peuples et la démocratie. Découvrez la nouvelle émission Regards, prêtez l'oreille aux canaris : vous comprendrez qu'il est temps de sortir de la mine. Et vite.
Thierry Bodson fait sa rentrée politique dans la nouvelle émission « Regards ». Au menu : petits et gros salaires, injustice sociale et réforme fiscale, exclusions chômage, austérité, audit de la dette publique et avenir de la Wallonie.
Dans les différents parlements du pays, en silence, sans aucun débat public, nos élus sont en train de nous condamner à l’austérité pour de très nombreuses années. Diffusée à partir de demain sur les chaînes publiques (profitons-en tant qu'il en reste!), la nouvelle émission Regards aborde le Pacte budgétaire européen et l'austérité que l'on tente d'imposer à tous les travailleurs européens.
Haïti, 2013. Trois ans après le tremblement de terre. Une ville du Nord-Est, une zone franche, un pont sur la rivière Massacre. Et le peuple haïtien comme on ne vous le montre jamais.
L'invité de notre nouvelle émission : Olivier Bonfond, économiste, conseiller au CEPAG, pour son livre «Et si on arrêtait de payer ? 10 questions/réponses sur la dette publique belge et les alternatives à l'austérité». Pédagogique et percutant !
Découvrez notre nouvelle émission, qui tord le cou (non sans humour...) aux idées reçues sur la dette publique belge et les politiques d'austérité. Non, ce n’est pas forcément aux citoyens de payer l’addition ! 
Cela ne vous aura pas échappé : la plupart des responsables politiques, des commentateurs de salon et des économistes boursiers tentent par tous les moyens de nous faire admettre que nous sommes condamnés à l’austérité, à nous serrer la ceinture, et donc condamnés demain au chômage, à la casse sociale et à la précarité.
Aujourd'hui, en Fédération Wallonie-Bruxelles, près de 3 enfants sur 4 ne trouvent pas de place dans une crèche ou une autre structure d'accueil de l'enfance. Pour 75% des parents, c'est donc bien souvent la débrouille ou la galère pour faire garder leur enfant. Nous avons voulu en savoir plus sur cette situation difficile. Et surtout, nous avons voulu savoir comment résoudre ce problème, et comment faire en sorte que chaque enfant ait droit à une place d'accueil. "Une place pour chaque enfant, cela ne devrait pas être un combat. C'est un droit!"